relais-dinfos

Quelle attention les Français portent-ils vraiment à la pub ? 

La question de l’attention portée à la publicité reste au centre de l’intérêt de tous les marketeurs. Qu’elles soient sous forme de bannière ou en format vidéo, environ 3,5 internautes sur 5 qui ne prêtent toujours pas attention aux publicités digitales. Mais selon les plateformes ou les supports, ces écarts varient. Voici les résultats d’une étude portée sur le sujet en détail : Quelle attention les Français portent-ils vraiment à la pub ? | Comarketing-News

Google lance les Bannières ancrées adaptatives pour tous les écrans – Arobasenet.com

La »bannière ancrée adaptative« ,  nouveau type de bannière publicitaire capable de s’adapter à la taille variable de l’écran, aidant à maximiser les performances en ligne avec l’évolution des comportements de consommation. Une  belle évolution pour les  campagnes Google display.

Source : Google lance les Bannières ancrées adaptatives pour tous les écrans – Arobasenet.com

Google Ads : et si vous passiez vos campagnes Display au paiement par conversion ?!

Le display à la performance ou comment Google propose désormais le paiement à la conversion. Il fallait l’inventer. Oublié le cout au clic et CPM. Associé au CPA cible, les campagnes display par conversion ont recours au machine learning pour ajuster automatiquement les enchères dans la limite du cout d’acquisition.

Toutes les explications sont sur : Google Ads : et si vous passiez vos campagnes Display au paiement par conversion ?! – JVWEB

ROI marketing

10 façons de brûler son budget publicitaire

L’agence consultants en marketing canadienne NBND a eu l’excellente idée de nous partager sa liste des meilleures façons de « brûler » un budget publicitaire. Bien des responsables marketing commettent ces imprudences encore aujourd’hui alors que la communication est devenu des plus cruciale dans le bon développement des entreprises. Lire la suite

La publicité en ligne est beaucoup mieux perçue

La publicité est mieux acceptée sur les supports digitaux. Alors qu’il y a peu la grande majorité des internautes s’équipaient d’AdBlockers pour ne pas avoir à supporter l’intrusion de publicités, il semble que ces comportements aient évolués vers un autre compromis.

brève marketing

Facebook arrête de facturer les clics accidentels de son réseau publicitaire

Un nouveau pas vers la performance emarketing vient d’être fait. Celui-ci concerne le plus important réseau social qui voit aussi bien son nombre de campagnes publicitaires que d’annonceurs augmenter de jours en jour tant il est facile et financièrement accessible de faire de la publicité sur la plateforme. Lire la suite

Quels sont les meilleurs canaux de conversion?

Avec la multiplication des canaux digitaux les points de contacts entre un client et une marque se sont multipliés. Cela rend donc difficile l’attribution des conversions, et aujourd’hui encore, la méthode dite au « last clic » continue d’être favorisée alors que près de la moitié des parcours de conversion ont été réalisés après plusieurs contacts.

La rentabilité des différents canaux digitaux

L’emailing, le référencement naturel, le marketing de contenu, et les campagnes au clic, sont (encore) aujourd’hui les meilleurs canaux d’investissement publicitaires digitaux. Difficile de s’y retrouver parmi tous les chiffres et données statistiques, fruits d’études en tout genre en provenance pour la plupart des US. Chaque canal e-marketing présente ses intérêts et les objectifs en sont […]

Publicité digitale en France. Marchés, tendances, évolutions sur l’année 2014

Retour sur le marché de la publicité en 2014

Avec 31.8 Milliards € investis dans les supports publicitaires en 2014, une proportion d’annonceurs moins importante, et une influence certaines des acteurs d’envergure, l’évolution du marché, même modérée continue de progresser par rapport à 2013. Lire la suite

Brève ! La publicité multi-canal sur internet multiplie par trois le retour sur investissement

Le descriptif de l’étude présenté ici : http://www.01net.com/editorial/605698/la-publicite-numerique-multi-canal-triple-le-retour-sur-investissement/

La psychologie au service de la performance marketing

La tendance marketing de demain s’inspirera de plus en plus de nos comportements et attitudes face à des situations données. Bien des pratiques sont interdites, comme les images subliminales glissées dans les vidéos, pour éviter que la publicité influence notre inconscient. Cependant des études sont restent menées pour savoir ce qui influence notre comportement en situation. D’après les tests effectués par l’agence Pardot les leviers qui poussent un consommateur à acheter et ses réactions face à un message publicitaire seraient toujours identiques. L’art d’influencer un acheteur potentiel se résumerait ainsi à cinq principes simples tirés de la psychologie. Lire la suite

Comment les outils analytiques doivent ils être utilisés pour mesurer l’impact du référencement payant

Voici un quelques éléments du guide intitulé Paid Search Marketing (PPC) Best Practice Guide. Il nous oriente  sur l’utilisation à adopter des outils analytiques pour mesurer l’efficacité des investissements effectués dans les campagnes comme le référencement payant (search marketing) ou le display. La mesure des pages d’atterrissages, les performances des annonces et des mots clés y sont evoqués et un parallèle est fait avec le référencement naturel. L’article en anglais est présent à http://econsultancy.com/fr/blog/62330-how-should-web-analytics-tools-be-used-to-measure-paid-search

Leviers de rentabilité des sites e-commerce

Les articles du JDN réunissent quantité d’informations réellement intéressantes pour ce blog. Voici que que ce matin est paru un tout nouvel article sur les leviers de la rentabilité des sites e-commerce. Parmi toutes les informations présentes dans l’article, il nous faudra retenir avant tout :

Avec une constante longueur d’avance, ce sont les grands sites et les leaders qui monétisent majoritairement leur audience. Ce qui tend à tirer les statistiques de tous ces acteurs vers le haut. Notons qu’il reste tout de même un réel potentiel inexploité des petits sites et sites intermédiaires.

 

Le coût d’acquisition est clairement identifié comme principal responsable de la perte de rentabilité. De ce fait  tous ces acteurs misent principalement sur la publicité pour monétiser son audience. Et l’exploitation des partenariats, services associés et bases client peuvent s’avérer payantes.

Par ailleurs, 68% ont relevé que leur rentabilité s’était accru dès lors qu’ils s’étaient donné la peine de monétiser leur audience.

L’ensemble de cet article sur : http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/leviers-rentabilite-e-commerce

 

Meilleures performances remarketing

Le taux de clics est proportionnel au temps de reciblage publicitaire. Plus on affiche une bannière de retargetting  rapidement meilleur est le CTR. Cela coule sous le sens entendrez-vous mais des professionnels du RTB, Simpli.fi, via le site ad-exchange.fr nous en fournis les données statistiques; il en résulte que les meilleurs clics observés sont entre 5 et 30 minutes après que l’évenement déclencheur ai été enregistré.

 

rapports temps entre intérêt du produit et reciblage publicitaire

 

A noter également que le cout par clic y est aussi intéressant dans ce laps de temps (environ 7mn – 1heure)  L’article complet est ici

 

Le marketing en temps réel

Depuis quelques mois l’on ne cesse d’entendre parler des Ad Exchange et maintenant de la big Data. Pris par les impératifs professionnels, je ne m’en souciait que peu jusqu’à ce que cela ne revienne sans cesse dans les discussions comme un éléments inévitable.

Tout cela me semblant encore assez flou, j’ai donc pris la peine de me documenter un peu sur le sujet. De plus j’ai également eu la possibilité d’assister à quelques conférence sur le sujet dont la matinée du marketing en temps réel, organisé par l’EBG  au sein des très jolis locaux de Critéo. Voici donc un petit récapitulatif de ce que j’ai pu retenir jusqu’à présent :

Commençons par une définition des principaux sujets :

L’ Ad Exchange est une plateforme qui sur laquelle il est possible d’acheter aux enchères et en temps réel, des publicités du réseau display en ciblant des audiences, et ce quelque soit le support final.

Le Trading Desk est une agence spécialisée dans la gestion en temps réel. Autant dire qu’un annonceur qui ne connait pas cet univers fera appel à lui pour qu’il s’occupe de ses campagnes.

La Big Data : Cela représente tout simplement une énorme quantité de données (8 Zettaoctets prévus en 2015) qui ont été collectées depuis des décennies et désormais disponibles sur le web. Données financières, météoroligiques, vidéos, comportementales,ect.., elles concernent tous les individus et tous les secteurs.

(Autant dire que les services marketing y auront donc recours pour mieux cibler leurs publicités et améliorer leurs ROI, car la datas deviendra un levier indispensable d’optimisation).

Commençons par la lecture de cette vidéo (en français) qui explique comment s’organise désormais l’achat publicitaire entre les annonceurs et les éditeurs : tout savoir sur les ad exchange.

 

 

Parmi les principaux acteurs, nous trouvons aujourd’hui tout ce petit monde :

 

 

Ainsi la big data offre des possibilité nouvelles qui semblent considérables, à tel point que les seuls feins ne sont aujourd’hui que d’ordre juridiques (données privées) et économiques. Mais on prévoit d’ors et déja que 13% des investissements publicitaires seront occupés par le RTB en 2013. Les offres à la performances se dessinent.

La question que se posera alors les responsables marketing qui souhaiteront se lancer dans l’aventure sera alors : Comment choisir un bon trading desk?

Cinq demandes à formuler alors pour sélectionner le bon :

  1. Quels sont ses inventaires?
  2. Quelle technologie il utilise?
  3. Quelle datas achète-t-il? et quel type?
  4. Est-ce qu’il contrôle les environnements de diffusion? (Brand Safety)
  5. Quelles est son/ses domaines d’expertises? dans lesquels il exerce depuis longtemps.

Nous n’avons pas fini d’échanger et d’informer sur le thème. Le reste est donc à suivre.

 

Savoir utiliser des supports publicitaires et médias disponibles pour répondre aux enjeux marketing

C’est une question qui se pose dès lors que nous avons un budget communication à dépenser et une définition des objectifs bien établie et validée. Reste maintenant à savoir comment répartir notre communication parmi les supports disponibles. Lire la suite

Dépenses publicitaires en 2012

Voici une information encourageante qui nous vient de strategyanalytics.com. Elle intéressera les marketeurs professionnels. Et encore plus spécialement les interlocuteurs de la communication internet.
Ainsi les dépenses budgétaires publicitaires en 2012 devraient poursuivre une croissance convenable et grimper de +3,2 % au global en France. Les publicités de médias traditionnels semblent profiter de cette hausse, mais le véritable bénéficiaire de cette tendance reste une fois de plus internet qui prévoit de voir ses revenus augmenter de près de 10% au profit de la presse qui, une fois de plus poursuit sa dégringolade.

 

 

Répartition des investissements publicitaires sur le net en 2011

Voici les chiffres intéressants du Benchmark Group qui intéresseront les marqueteurs du web. Ils nous informent sur les leviers publicitaires qui ont le plus été sollicités en cette année 2011.

La meilleure hausse revient au référencement naturel qui a fait un bond en avant de 15 points par rapport à 2010. Même si les réseaux sociaux se sont vus particulièrement (et tardivement) convoités, fautes d’une méthodologie appropriée, leur augmentation ne connait que 9% de plus. Mais ces données ne semblent concerner cependant que les annonces sur les supports sociaux. Il aurait pu être intéressant de connaitre les investissements incluant l’animation et les moyens mis en oeuvre pour attirer les utilisateurs et les faire adhérer.

Autre phénomène relevé, la hausse des achats de liens commerciaux. Quand on sait le coût que les adwords peuvent représenter sur le long terme, ces 2 % sont certainement plus importants qu’ils ne laissent le croire.

 

Source : journaldunet.com

 

La leçon du display

Les sites et autres supports interactifs, tous novateurs et étant de plus en plus nombreux sur la toile offrent toujours plus d’espaces à la publicité graphique (display). On tente de distraire et attirer l’oeil de l’internaute à tel point que celui-ci y est de plus en plus habitué et parvient maintenant à en faire abstraction dans près 4 cas sur 10. Ainsi une étude d »eye tracking »menée par Ipsos média démontre que la visibilité d’une bannière est de 62%.

Ce qui nous invite à en déduire qu’il faut ajouter 38 % au prix au CPM pour en obtenir le coût réel d’une campagne Display (ou ôter 38% du nombre d’impressions). De plus, leur taux de clics relatifs diminue chaque année et avoisinait en 2009 les 16%.

Toute la question revient donc à se demander pourquoi investir dans un support aussi peu vu et donc rentable même sur une longue échéance. La réponse est de taille et provient d’une expérience plus scientifique menée. La publicité visuelle, qu’elle soit clairement identifiée ou à peine reconnue provoque une réaction latente chez l’individu et multiplie par 25 l’association d’une marque à un produit.

Plutôt convainquant comme argument!