Le marché de la publicité digitale profite aux réseaux sociaux

Le secteur de la publicité en ligne a encore de beaux jours devant lui. Après un premier développement effectué il y a quelques mois sur la répartition des parts de marchés et le devenir de la publicité digitale, Xerfi-Precepta nous offre un complément. Le marché publicitaire va continuer de prendre 3,8% de croissance par an pour avoisiner les 5 milliards d’euros en 2018.

Depuis 10 ans la publicité en ligne a connu quelques variations de répartition budgétaire, et si les liens sponsorisés engloutissaient 11% des parts de marché du webmarketing en 2003, ils en sont maintenant à plus de 41% en 2013 à la défaveur du display qui lui a quasiment reculé de moitié sur la même période, mais dont les dernières innovations devraient lui permettre d’inverser la tendance à partir de 2015 et cela pour quelques années.

 

 

repartition-bugdgets-e-pub-2013

 

source : journal du net

 

 

Mais ceux sont surtout les médias sociaux qui ont connu depuis 10 ans une effervescence particulièrement remarquée. Même si leur vocation première n’est pas de vendre, ils favorisent l’interaction avec le public et l’incite à s’y exposer de plus en plus. De plus la tendance au marketing de contenu est de plus en plus privilégiée par les entreprises pour mieux transmettre leur valeur d’expertise dans chacun de leur domaine.

Ce qui permet de créer une relation encore plus étroite entre une marque et ses clients, et comme le révèle une étude du SNCD :

  • 39% des socionautes se déclarent maintenant fans ou abonnés d’au moins une marque,
  • 34% des socionautes sont même devenus clients grâce à un réseau social

 

evolution-des-depenses-dans-les-reseaux-sociaux

 

Reste à savoir si ces nouvelles orientations de dépenses publicitaires sont bénéfiques et, surtout quel est le réseau social le plus vendeur..

 

 

 

 

La fraude à la performance publicitaire de plus en plus technique

Alors que sur le site e-marketing.fr on dénonçait ces jours ci du doigt les méthodes frauduleuses (et anciennes) exercées par quelques marketeurs peu scrupuleux qui utilisent des robots (bots) dans le simple but de gonfler artificiellement le nombre de visiteurs d’un site web, c’est au tour du JDN de se pencher sur un autre type d’arnaque à la performance publicitaire ; celui-là concerne un sujet bien plus actuel puisqu’il s’agit de l’exposition aux bannières publicitaires. Sachant que pour optimiser au mieux son retour sur investissement publicitaire, les entreprises ont généralement tendance a attribuer la conversion obtenue au dernier clic, soit à la dernière source de trafic qui l’y a amené. C’est aussi depuis bien longtemps un sujet de discorde, puisqu’un utilisateur peut venir à acheter sur un site seulement après s’y être rendu plusieurs fois. Le problème est que cette attribution appelée aussi « post-clic » nécessite des technologies très sophistiquées pour fonctionner sur des campagnes d’affichage ‘display’. C’est ce qui a conduit les marketeurs à gonfler leur ROI en y ajoutant les données appartenant au « post view », c’est à dire que l’on compte également les internautes qui auront été exposé à une bannière sans pour autant la cliquer . Seulement il semblerai que les internautes comptabilisés n’y soient pas réellement exposé. La solution à ce problème nous est offerte ici par  le fondateur de Criteo. L’explication complète sur le Journal du net

« Les conversions post-view, cela fait certes très joli dans un bilan de campagne, mais si votre ROI intègre plus de 20 %, de conversions post-view vous devez commencer à vous inquiéter. Une part de 50 % ou plus sur les conversions post-view surestime probablement de manière très grossière votre ROI. »

Acquérir pas à pas de nouveaux clients sur internet

 

 

 

Comment prendre position et développer une stratégie communicante?

Sur le web comme sur les autres supports de communication, l’organisation peut être la même. Pour Onboardly, cela se résume essentiellement à la diffusion de contenu, la façon de l’exprimer face à votre audience cible, et le relationnel. C’est ce qui permettra pour une entreprise de marquer son empreinte et soigner sa réputation.
En respectant la chronologie de ces phases, cela permettra de mieux en maîtriser sereinement toutes les étapes et atteindre ses objectifs.

composants de strategie de communication

Source: onboardly.com

See on Scoop.it – Publicite internet

Optimisez vos emails pour le mobile

On le dit et le répète depuis biens des mois :  il faut penser mobile dès lors que l’on entame une campagne emailing. Les raisons : 70% des mobinautes suppriment le mail alors qu’il ne peuvent le lire sur leur terminal mobile, et ce n’est pas tout..

 

Optimiser l'emailing mobile

Source : dolist.net

 

Taux de clic SEA/SEO dans les SERP (étude) – Actualité Abondance

 

 

 

Une étude de la société Advanced Web Ranking montre l’interaction entre les liens sponsorisés Adwords et le taux de clic sur les liens naturels dans les résultats

A retenir :

Lorsqu’aucun lien Adwords n’est présent dans la SERP, le taux de clic sur le premier lien naturel est de 25,7%.
– Lorsque des liens Adwords s’affichent, ce pourcentage tombe à 17,9%, soit une baisse de 30%.
– Le pourcentage sur les autres positions (2 à 9) reste en revanche quasi identique, que des publicités soient présentes ou pas. Les positions 6 à 10 récoltent même un meilleur CTR en présence d’Adwords.

Tauxdeclics avecet sans SEA

Source : Moz.com

Source: www.abondance.com – Etude pertinente sur les différents taux de clics avec et sans annonces adwords dans les réponses.