Savoir utiliser des supports publicitaires et médias disponibles pour répondre aux enjeux marketing

C’est une question qui se pose dès lors que nous avons un budget communication à dépenser et une définition des objectifs bien établie et validée. Reste maintenant à savoir comment répartir notre communication parmi les supports disponibles. Lire la suite

Impact des canaux offline sur les recherches online

Il est des études toujours plus utiles lorsque l’on peut établir un lien entre les supports physiques et l’influence que cela porte sur le comportement de l’internaute. Mieux encore, cette étude apporte même une mesure supplémentaire sur la publicité offline. Puisque tout se mesure sur internet, pourquoi pas le ROI des campagnes offline.

Ces données datent de 2007, et je n’en ai trouvé de plus récentes.

Néanmoins, nous pouvons désormais poser des chiffres sur l’impact d’une publicité effectuée à la télévision, la presse, la radio, ou une campagne d’affichage. Plus de deux tiers (67%) des recherches concernent une entreprise, un produit ou un service après avoir été touché par une publicité vue, lue, ou entendue.

 

Ces chiffres respectent les idées reçues et la télévision conserve un réelle suprématie. Pourtant, sans son ni mouvement, la presse se hisse fièrement en seconde position. Ces campagnes sont donc de belles performances marketing.

Il est fort à parier qu’en 2012 ces chiffres aient tout de même sensiblement évolué tant l’utilité du net et l’offre proposée ont changé. L’ascension du social, et surtout la maturité des utilisateurs provoquent un comportement plus actif et ceux-ci n’attendent probablement plus d’être touché par la publicité pour orienter leurs recherches.

Source : iprospect.com

Dépenses publicitaires en 2012

Voici une information encourageante qui nous vient de strategyanalytics.com. Elle intéressera les marketeurs professionnels. Et encore plus spécialement les interlocuteurs de la communication internet.
Ainsi les dépenses budgétaires publicitaires en 2012 devraient poursuivre une croissance convenable et grimper de +3,2 % au global en France. Les publicités de médias traditionnels semblent profiter de cette hausse, mais le véritable bénéficiaire de cette tendance reste une fois de plus internet qui prévoit de voir ses revenus augmenter de près de 10% au profit de la presse qui, une fois de plus poursuit sa dégringolade.

 

 

Marketing publicitaire dans les salles de cinéma

Support privilégié de diffusion réputé pour ses coûts élevés (bien que cela dépende de nombreux facteurs) le spot publicitaire diffusé au sein des salles de cinéma présente plusieurs arguments de poids. En pleine obscurité, calfeutré au fond de son siège, et les yeux fixés vers l’écran géant, le spectateur offre à ce moment toute son attention à la page de publicité en dolby surround qui lui est offerte. C’est ce qui en fait le support ayant l’effet de mémorisation de loin le plus important comme le présente ce graphique de www.sep-publicite.com

 

Ce pourrait être intéressant d’en vérifier les recherches engendrées en comparaison à la publicité effectuée à la radio.

Ces données offrent un certain crédit à la publicité alliant à la fois l’audio et le visuel, même si l’impact du spot proposé à la télévision se situe loin derrière.

 

Qu’apporte la publicité radio au web

Jusque là il était plutôt difficile de mesurer le retour que peu apporter un spot publicitaire effectué à la radio. Il existe pourtant des données, et en voici quelques unes, parues il y a peu, et qui ont le mérite de nous faire connaitre l’impacte d’une publicité à la radio sur le net. Et l’on sait qu’elles ont le mérite de faire réagir leur audience. Aux adeptes du multicanal, voici pour vous les chiffres à retenir :

– 94% des annonces impactent les requêtes en ligne.

– elles peuvent provoquer jusqu’à 30% de requêtes supplémentaires

– les pure-Player génèrent 2 fois plus de requêtes que les autres

– l’adresse du site web dans le spot pub implique 21% de requêtes en plus  et si elle est accompagnée d’une annonce publicitaire à la télévision, l’efficacité des recherches s’en verra améliorée de 27%.

 

Source : www.radiofrancepub.com